RETOUR

POLO RALPH LAUREN

« Il a choisi une route et l’a toujours suivie. La cohérence est le secret de sa réussite » disait Girgio Armani, à propos de Ralph Lauren, à l’occasion des 35 ans de carrière du designer, début 2002. Né dans le Bronx, comme Calvin Klein qu’il a côtoyé, Ralph Lifschitz est le dernier d’une famille russe. Vendeur chez Brooks Brothers, célèbre chemisier new-yorkais, il dessine des cravates larges et colorées, lorsqu’à l’époque elles étaient plutôt fines et grises. Couleurs, qualité des matières et sens du marketing : tous les ingrédients du succès de la marque sont déjà là.

En 1967, Ralph Lifschitz devient Ralph « Lauren », plus facile à prononcer, et crée Polo. Il a une idée de génie : vendre des vêtements et le style de vie qui va avec. « Les autres designers ont du goût, moi j’ai des rêves », affirme-t-il. Ceux d’une Amérique idéale, élégante et classique, mélange d’aristocratie anglaise et du mythe du Grand Ouest américain, de bon chic bon genre bostonien et d’esprit cow-boy. Les yuppies ont tout de suite adoré ce côté casual, décontracté mais chic, neuf mais authentique, donnant le sentiment d’appartenir à un club très privé. A la fin des 80’s, Polo devient un phénomène de société et le New York Times parle de « ralph-laurénisation » de Manhattan. Après avoir conquis les hommes, Ralph Lauren élargit sa gamme à la femme, à l’enfant, puis aux 15-25 ans avec la gamme Polo Sports, créée en 1993, et à la décoration avec la « Home collection ». Le kit parfait pour accéder à la vie idyllique promise.

La vraie originalité de Polo Ralph Lauren, en termes de création, réside surtout dans un sens exceptionnel des couleurs, des blancs incomparables, des rouges éclatants. Dans l’univers de la mode, le parcours de Ralph Lauren est presque unique. Il possède à la fois créativité et sens des affaires et a organisé sa production avec beaucoup de professionnalisme, avec notamment une mise en scène des lieux de vente très efficace. A Londres, par exemple, le décor de l’immense magasin rappelle les clubs anglais ou les grandes demeures de la Nouvelle-Angleterre, soit le style du manoir de Bedford de Ralph Lauren. Dans les grands magasins parisiens (Au Bon Marché, Galeries Lafayette), Polo Ralph Lauren réalise parmi les meilleures ventes du rayon homme. Avec la taille de l’entreprise, la perception de la marque continue d’évoluer car le petit cavalier noir commence à se banaliser. Pour restaurer son image, Ralph Lauren a dû racheter une bonne partie de ses licences, dont la ligne enfant en 2004. Le but est d’éviter que la marque et la griffe ne s’effacent pour ne devenir qu’une licence.
Coloré, décontracté mais raffiné, ce style se retrouve dans les collections de lunettes Polo Ralph Lauren. On entre de plain-pied dans une ambiance à mi-chemin entre high school et après-midi à Central Park : les lunettes de vue adoptent le noir pour couleur et suggèrent l’aisance avec des formes confortables, tout en affichant une envie raisonnable de mode.